Bicycle
Association d'aide aux familles
d'enfants et d'adolescents ayant un trouble de l'humeur
Hypersensibilité - Cyclothymie - Bipolarité

Don
Faire un don, adhérer
Bicycle
L'association Bicycle
Médical
La cyclothymie c'est quoi?
Parent
Le coin des parents
Scolarité
La cyclothymie à l'école - scolarisation
Enfant
Le coin des cyclokids
 

28/12/2013

Autiste et bipolaire

NDLR : Abréviations : TED (Trouble Envahissant du Developpement) SA ( Syndrôme d'Asperger, Autisme de haut niveau) BP (Bipolaire) TBPJ (Trouble Bipolaire Juvénile) TS (Tentative de Suicide)

Je suis donc Flocie, maman de 4 Roswell (enfants atypiques de façons diverses et variées !) âgés de presque 23 à 9 ans...
Le premier à avoir eu un diagnostic est mon petit dernier, diagnostiqué à 6 ans avec un syndrome d'Asperger... parcours très cahotique, encore plus puisqu'il a déclaré un TBPJ depuis peu sans doute suite de son traumatisme scolaire sur un tempérament BP (il semblerai que le papa soit de tempérament BP, il est possible que je sois dans le phénotype Asperger...)
Il commence à être un peu plus stable, mais on a passé des mois difficiles en fin d'année dernière...

Une de mes filles est cyclo, diagnostiquée depuis le printemps, une autre de mes filles a aussi un syndrome d'Aperger, et une autre n'a pas de diagnostic (il faut dire qu'on n'a pas été en demander un non plus, mais bon, atypique, ça c'est sur ...)
Bref, on ne s'ennuie pas à la maison, l'ambiance est un peu "ébouriffante" ! surtout que mes deux derniers sont scolarisés à la maison, mon fils suite à son traumatisme scolaire, et ma fille parce que d'être scolarisé deux heures pas jour, "ça n'est pas rentable"  (pourtant, c'était une élève brillante qui aurait tout à fait pu suivre même avec cette cadence là...)

Voilà en bref le tableau familial ! 
Flocie le Lun 18 Jan 2010 - 20:50

Dis nous comment se tricote Asperger et Cyclothymie chez ton enfant ?

Mon fils est un vrai casse-tête (de l'avis des pros aussi !) parce qu'il cumule tout ce qu'une personne avec un dysfonctionnement neurologique de la famille des TED ou BP peut cumuler...
Donc on tente de trouver son chemin entre le syndrome d'Asperger, les problèmes de Dys (dyspraxie, dyslexie, dysorthographie, dyspraxie visuo-spatiale....etc) un déficit d'attention sévère, une anxiété dévorante, des troubles du tonus, de l'audition (son cerveau doit mal décoder aussi, pour lui quand on prononce par exemple chimpanzé et chat bronzé, c'est exactement pareil, pratique pour les apprentissages scolaires ça !  )

En ce qui concerne sa BP, elle s'est fait moins discrète il y a presque un an.

Mon fils a toujours été un petit garçon très anxieux, au point de le "bouffer" littéralement... jamais serein, toujours sur la défensive.
Il a toujours eu une vision très pointue des choses, et bien en dehors de ce que l'on peut attendre d'un enfant de son age... J'ai quelques anecdotes à ce sujet, sa répartie en a laissé plus d'un ébahi ! 

Son expérience scolaire n'a pas arrangé les choses, puisqu'il est sorti avec une phobie sociale en plus d'une phobie scolaire. Phobie qui est devenue un vrai traumatisme.
Il avait peur des adultes et des enfants, et plus tard, quand il avait envie de jouer avec un enfant, il lui sautait dessus pour le tabasser !... il reproduisait ce mode relationnel appris à l'école  (ça, c'est pour son coté Asperger) où visiblement la socialisation se faisait à coup de poing et d'étranglement (mon fils a gardé une fois des marques de strangulation pendant plusieurs jours)

Il a donc commencé au printemps dernier par nous faire des troubles paniques au moindre rappel de l'école (cahier, travail, écrire surtout, il recommence à peine alors que ça va faire trois ans qu'il est desco.) 
Il a même fait une crise en direct chez le médecin chez lequel j'étais allée cherché conseil.

Il a eu du coup de l'At...ax à la demande, ce qui a permis à mon fils de commencer à identifier certains de ses états ou humeur (ce qui n'est pas inné chez une personne autiste, ça complique un peu les choses...)
On a vu aussi devenir de plus en plus fréquents de brusques changements d'humeur, parfois même des "télescopages" avec un enfant riant et pleurant à la fois, et paniqué de cet état incompréhensible ! 

Les idées suicidaires sont aussi revenues en masse (je précise qu'il a fait deux TS à 6 ans, lors de cette fameuse dernière année de scolarisation )
Il se disait souvent triste, parfois en colère.
Les "up" étaient moins fréquents que les "down", mais il y en avaient parfois, on avait alors un véritable électron libre à la maison !

A la rentrée dernière, son état s'est brutalement dégradé, avec vraiment une grosse dépression, des idées suicidaires avec des idées très précises pour y parvenir, des problèmes de sommeil, de l'agressivité...

Il est suivi pour son syndrome d'Asperger par une neuro psy spécialisée en autisme et très compétente aussi pour ce qui est du TBP. Une chance, on n'a pas perdu une seule minute, fiston a été mis de suite sous micropakine et rendez-vous a été pris sur Paris au CTAH.

Suite à la confirmation de TBPJ, on a continué le traitement, avec possibilité de doubler la dose en cas d'anxiété.

Le seul hic, c'est que je crois que la double dose, et même la dose et demie provoque chez lui comme un virage maniaque. Il nous a fait une belle crise début décembre (j'avais du m'absenter trois jours, décompensation ou pas ?) avec menace de passer à l'acte (fiston debout au bord de la fenêtre, explosé de rire en criant : je saute, je saute !), ou avec un hypersexualité envahissante...

Bref, on reste à son sachet par jour, et le retours à un rythme plus régulier (plus de fêtes ni d'absence pour moi) permet de retrouver un fiston relativement serein.

Il est vrai que l'amalgame des deux problèmes (SA et TBP) est un peu explosif, mais il faut savoir que beaucoup de personnes avec SA ont des troubles de l'humeur (sans pour autant aller jusqu'à un TBP) et sont généralement aussi très anxieux...

L'autisme associé complique les choses parce qu'il y a beaucoup d'incompréhension chez ces personnes, et qu'il faut déjà leur apprendre à définir les ressentis.
Pour une personne avec autisme, ça ne peut se faire qu'en situation concrète. Il faut donc pouvoir profiter d'un moment où on est sur de son ressenti, et que celui ci est suffisamment isolé pour lui dire que là, il est anxieux par exemple (l'At..rax nous a permis ça par exemple)

Bon j'ai été très (trop) longue, je continuerai si vous le souhaitez  
(en plus c'est peut être un peu confus, fiston n'arrête pas de venir me parler  )

bizavou !
Flocie